numéro 11

 

dossier : la nouvelle sf russe

responsable du dossier : Patrice et Viktoriya Lajoye

Format livre

192 pages – disponible
Prix : 14,99 € (dont 3,99 € de frais de port)

Format numérique

4,90 € / Tout en couleurs et avec des nouvelles en bonus !

Sommaire

Navigation

numéros récents

 

éditorial 11

 

   
EXTRAIT
I
l faut prendre garde, avec la Russie, à ne pas tomber dans le cliché. Pour commencer : la couverture : les bulbes d’une église orthodoxe, une isba, un cosmonaute en Soyouz… Il n’y a que l’embarras du choix ! Mais justement, nous avons choisi d’aller chercher ailleurs. La science-fiction russe (РУССКАЯ ФАНТАСТИКА) est d’abord une littérature vivante, étonnamment vivante ! Il suffit de pousser la porte d’une librairie de Moscou ou de Saint-Pétersbourg pour s’en convaincre en découvrant, stupéfait, la profusion de titres sur les rayons de littérature de science-fiction. Et il ne s’agit pas de traductions, ni des sempiternelles rééditions des vieux maîtres : Efremov, les Strougatski, Tsiolkowski etc. Non, il y a là-bas une véritable effervescence créatrice, même si celle-ci nous reste la plupart du temps inconnue à cause des barrières de la langue et de l’écriture.

Certes, chez les auteurs russes, le distinguo n’existe guère entre science-fiction, fantastique et fantasy. Au contraire, il leur arrive de mêler dans des récits la hard-science post- soviétique avec le vieil imaginaire russe, où le diable n’est jamais très réticent à se mêler aux choses humaines. Mais il n’en reste pas moins vrai que nous avons là une authentique science-fiction. Aujourd’hui, des auteurs créent, inventent, produisent et, comme toute la société russe, cherchent leur chemin, et leur futur, ainsi que le montrent bien Patrice et Viktoriya Lajoye à travers le dossier qu’ils ont préparé pour Galaxies. De quoi y voir plus clair, et de quoi également découvrir des textes, et des auteurs. Le dessinateur de la couverture en est un premier exemple. Allez voir sur son site la diversité de son univers, entre polar noir et fantasy en passant par le space opera… (…)

Pierre Gévart